Le Figaro Magazine
3 octobre 2014

Cirque Plume : 30 ans qu’ils ont un "truc"

Cirque Plume : 30 ans qu'ils ont un truc | Le Figaro Magazine (presse_tempus) {PDF}

Trente ans ! Cet anniversaire, le Cirque Plume le fêtera pendant trois mois au parc de la Villette, avec Tempus Fugit , créé il y a un an et demi, et qui, depuis, n’a pas cessé de se bonifier. Malgré quelques longueurs récurrentes, ce spectacle est l’exemple même de ce dont le « nouveau » cirque est capable. C’est que Plume a été l’un des premiers à débarrasser le genre de sa liturgie surannée - celle des Monsieur Loyal, des fanfares et des clowns tristes. Avant toutes les autres, cette troupe a compris qu’il ne suffisait pas d’offrir des numéros de qualité. Encore fallait-il savoir les emballer. Elle a donc travaillé les ambiances qui permettent de passer du mât chinois à la danse sur fil, de l’équilibriste au jongleur... Bref, elle a retrouvé l’art de susciter la surprise. Ainsi, les sièges sont disposés en quart de cercle, dans une scénographie qui abandonne la piste centrale. Au théâtre, on appellerait cela la mise en scène - une discipline que le cirque ignorait jusqu’alors. D’ailleurs, les circassiens de Plume se sont rebaptisés « acteurs de cirque » - tout un symbole. L’excellente bande-son, composée par Benoît Schick, finit de subjuguer le spectateur : avec un leitmotiv de quatre notes tout à fait entêtant, la musique semble diriger les prouesses des artistes.

Toutes ces réussites n’empêchent pas la critique. Il y a l’écueil de cette pseudo-philosophie qui alourdit ce que Plume avait su si bien alléger. Pourquoi ces références si étrangères à cet univers ? Pourquoi cette phrase de Victor Hugo tombant comme un cheveu sur la soupe ? Il y a aussi quelques redites qui annihilent l’effet de surprise. Heureusement, rien qui nuise trop à l`ensemble, vraiment de très haut niveau, et qui, à coup sûr, a déjà emballé les l50 000 spectateurs qui ont déjà vu ce show depuis sa création. Voilà une soirée pour tous les âges, un spectacle qui parle au cœur et ne verse jamais dans la caricature. Même le clown Mick Holsbeke, qui use et abuse de l’exagération et de la répétition, réussit à faire rire toute la salle, tout en étant attendrissant. Quant à Maxime Pythoud, il fait un numéro à la roue Cyr absolument incroyable. Applaudissons.

François DELÉTRAZ