L’Est Républicain
12 mars 2002

La tête dans les étoiles

Jean-Pierre Govignaux

La tête dans les étoiles | L'Est Républicain (presse_récréation) {JPEG}

Et si dans quelques années, ou plus loin, dans ce qu’on nomme la postérité, cela devenait une référence ? Ce serait une légitime fierté pour ces artistes et ceux qui les accompagnent depuis leurs débuts. Il existe bel et bien un style Plume, ce que démontre ce spectacle fait à partir de morceaux des spectacles précédents. Qu’il s’agisse de numéros anciens ou plus récents, de ces tranches de vie, il se dégage une impression constante, un parfum cohérent : cette troupe vit dans les étoiles. L’intention était cachée dans le choix du nom, le plume est celle du poète. La plume est celle qui vole au gré des inspirations, conduit le regard qui la suit vers l’infini ou vient, coquine, chatouiller le bout du nez. Un spectacle de Plume est fait de numéros originaux, et même de jamais vu, c’est le moins que puisse exiger le spectateur. Mais ce qui fait l’originalité n’est pas seulement la prouesse technique. C’est, d’ailleurs, sans l’accompagnement de ce roulement de tambour qui vient nous dire quand nous devons frissonner ou nous extasier. Et si roulement il y a, une fois dans le spectacle, il a force de gag.
Histoire d’amour
Ce qui fait l’originalité, justement, c’est cette capacité à mêler l’humour à la poésie, à mêler l’humour et la poésie à la démonstration physique. Ce qui donne au mouvement du corps une rare élégance. Dans cette ambiance de légèreté, tout est permis, y compris se moquer gentiment du cirque et le gag le plus éculé de la tarte à la crème paraît subtil. C’est une belle histoire que celle du cirque Plume. Et une belle histoire d’amour avec le public bisontin. Etonnante fidélité, extraordinaire connivence, tant il est vrai qu’on a souvent tendance à dénigrer ce qui vient de chez soi. Sous ce chapiteau, on est en famille. Nombreuse, ça oui, mais tellement affectueuse. Ce qui a encouragé, sans doute, les artistes à ponctuer le spectacle de souvenirs personnels, livrés sur le ton de la confidence. On est si bien ensemble, d’ailleurs, que cette "Récréation" joue les prolongations jusqu’à dimanche prochain.