Le climatiseur américain (Mise en garde de juin 2002) par Bernard Kudlak

MISE EN GARDE DE LA DIRECTION DE L’ÉTABLISSEMENT CIRQUE PLUME :

Le chapiteau sera dorénavant équipé d’un climatiseur américain.

Pourquoi ? Plusieurs réponses :

Les tuyaux, c'est la clim' ! {JPEG}

1- La direction du Lincoln Center de New York (en Amérique) nous a demandé d’équiper notre chapiteau d’une climatisation pour le confort des américains de New York (en Amérique) quand nous avons joué à New York (en Amérique) du 10 au 20 juillet 2001. On n’avait pas de climatiseur pour américains. Nous avons décidé d’un louer un là-bas, mais pour le ramener, c’était trop cher. Nous avons donc décidé d’en fabriquer un en Europe (en Europe).

2- Georges Bush junior, l’ami de Jacques Chirac notre président écologiste (à l’heure où j’écris ces lignes, juin 2002), et président de l’Amérique (où nous avons joué du 10 au 20 juillet 2001) a décidé de reprendre la fabrication intensive des climatiseurs pour peser sur les conséquences du détraquement du climat. "C’est pas une planète enrhumée qui va empêcher les américains d’avoir les pieds au chaud quand il fait froid, et la tête froide quand il fait trop chaud" aurait-il déclaré, en ajoutant : "Si le climat se détraque, on aura des climatiseurs américains".

3- Notre président écologiste Jacques Chirac va s’occuper de la planète et du climat. Super ! Mais si, par hasard, cela ne marchait pas - y’a pas de raison, mais enfin... - nous aurons un chapiteau à l’abri des aléas des changements climatiques. Comme il vaut toujours mieux être du côté du plus fort, nous avons décidé de fabriquer un climatiseur américain, après avoir espionné celui que nous avons utilisé à New York (en Amérique).

4- Les autorités morales et artistiques de la République ne se sont pas encore franchement prononcées sur le cirque. Nous avons donc décidé d’intervenir dans tous les domaines possibles où il peut y avoir des subventions :
- Culturel  : Là on ne sait pas vraiment, on fait du cirque, mais on réfléchit, et réfléchir c’est culturel. Et nous pourrons réfléchir dans un bon climat grâce au climatiseur américain.
- Socioculturel  : Si ça foire avec le culturel, on pourrait organiser un stage de réinsertion du cirque : un projet socioculturel émergent avec de la soudure et du trapèze volant, et donc fabriquer le climatiseur américain. En permettant aux jeunes de s’exprimer.
- Emergent  : "Emergent de l’eau et du brouillard" écrit Victor Hugo. Dans le climatiseur américain il y a deux choses : de l’eau et du brouillard. Nos bureaux sont à Besançon, et Totor y est né en 1802 (c’est écrit partout, on peut pas le louper). Voilà ! Grâce à Victor et au climatiseur américain, nous sommes une compagnie émergente, et c’est mieux ! Et c’est tant mieux quand c’est mieux !

5- Les conventions collectives du théâtre ne sont pas bien appliquées dans les établissements de cirque. En attendant que les autorités morales et artistiques nous donnent les moyens de le faire, nos employés auront un peu du confort des beaux opéras, grâce au climatiseur américain.

A SUIVRE …

Juin 2002
Bernard Kudlak
Directeur artistique