Le Figaro Magazine
5 juillet 2013

Panache de Plume(s)

Panache de Plume(s) | Le Figaro Magazine (presse_tempus) {PDF}

Trente ans sur le fil entre extrême nouveauté et grande tradition, c’est l’exercice auquel s’est livré le Cirque Plume. Pour fêter ses trois décennies d’audace et de réussite, Plume a créé un nouveau spectacle : Tempus Fugit ?. En vérité, une quintessence de l’esprit qui a toujours présidé aux inventions de ce "nouveau cirque"› : une facture très standard de l’art circassien avec ses comiques et ses bons vieux numéros, mais sans une once de ringardise. Tout s’enchaîne d’une façon fluide et naturelle qui doit beaucoup à la BO de Benoît Schick. Le compositeur mélange piano et vents dans des envolées parfois intimistes, parfois tonitruantes, mais toujours comme si ce spectacle était conçu à la manière d’un ballet, tant musique, gestuelle et histoire sont indissociables. C’est, musicalement, un enchantement ; et le reste est au diapason. Les comiques ont compris que le vrai rire naît du geste et de l’onomatopée sans pour autant être vulgaire. Ici, enfants et adultes rient de bon cœur aux astuces et aux farces, parfois grosses, toujours grisantes, et qui mêlent finesse et intelligence. Rien ne sert de les raconter. On perdrait le délicieux effet de surprise. On pourra regretter une scène inutile et trop longue, où des rideaux tentent de dessiner l’espace. Mais on s’enchante du décor, des costumes... et des effets spéciaux. Ainsi, ce sol qui se dérobe sous les pas des artistes ou ce pastiche des tranches de vie qui défilent façon pub CNP. Ce spectacle complet exalte toutes les disciplines du cirque et celle, reine de la voltige - fil d`équilibriste, chinois ou trapèze. En fin de spectacle, Maxime Pythoud donne un sidérant numéro de roue Cyr (du nom de son inventeur. Daniel Cyr, du Cirque Eloize). Les artistes passent de la musique à la voltige, de la comédie à la danse. Dans cette atmosphère bon enfant, le temps est suspendu. Quel plaisir de voir les enfants s’amuser de si bon cœur, avec un spectacle qui les font rêver bien après le retour à la maison. Hautement recommandé.

François DELÉTRAZ