Divers : des questions, des avis, des conseils

Gregoire PELLEQUER
30/06/2004 11:12 (291)
recherche cours de clown

Je recherche une ecole de cirque ou je pourrai pratiquer, apprendre le clown sous chapiteau, en region parisienne prioritairement, mais aussi en france ?

Merci d’avance a tout ceux qui aurait des infos a ce sujet.

Répondre à ce message


geert brokken
02/10/2004 10:45 (314)
Re : recherche cours de clown

Braine le Comte n’est pas loin.
Suis 48, veux être clown depuis 2 ans. De cet année commencé un peu proffesionel : musique, marionettes.
Veuillez m’envoyer info du cours.
Merci


eric PRIGENT
12/09/2003 15:19 (197)
l’intermittence du spectacle

j’imagine que tout le monde est au courant du conflit que traverse les intermittents du spectacle suite a l’agrément d’un nouvelle accord paritaire concernant les annexes 8 et 10 j’aimerai connaitre la position du cirque plume concernant l’agrément de cet accord scélérat qui va faire disparaitre rapidement 30% de la profession sachant que dans les 5 ans c’est plus de 70% qui vont disparaitre .j’aimerai avoir connaissance de votre position concernant une position nationale qui est de ne pas ouvrir normalement les saison culturel.
j’aimerai également savoir si vous seriez en capacité d’envisager de ne pas jouer au théâtre municipal de CAEN le 9 octobre.
n’hésitez pas à me recontacter si toutefois vous étiez dans le désir de marquer symboliquement l’évènement.

Répondre à ce message


Cirque Plume
17/09/2003 15:37 (198)
Re : l’intermittence du spectacle

En réponse à ton message :
Nous faisons partie du débat, nous en sommes. Pour le fond, pas de problème pour dialoguer, pour en parler.
Mais tes questionnements me questionnent sur leur forme, inquisitrice.
Je remarque, que tu utilises le "je". Qui est-il ?
Parles-tu en ton nom ? Et dans ce cas, quid de ce ton péremptoire que tu emploies ? Qui es-tu ? Si tu parles comme délégué représentant un collectif, alors pourquoi ce "je" ?
Tu aimerais beaucoup de choses : "aimerai connaître", "aimerai avoir connaissance", aimerai savoir si ».
Tu parles d’aimer, tu nous interroges sur notre désir et, dans la même phrase, tu coupes nos possibles désirs d’une restriction ("si toutefois") soumettant notre décision éventuelle de te contacter à tes ordres.(tu es commissaire politique ou quoi ?) : cela neme convient pas.
D’autre part, tu exprimes ton point de vue par slogan et tu nous enjoins d’en discuter à tes conditions : cela ne me convient pas. Et les chiffres…d’où viennent-ils ? Par qui ont-ils été vérifiés ? Dans une lutte, autant être précis.).
La langue de bois me donne la gueule de bois !

Cette mise au point faite à l’intention des professionnels du spectacle de Basse-Normandie, nos collègues, voici donc notre réalité, que je partage avec vous dans l’idée de parler de ce qui nous est commun et je le fais pour cela, et non par injonction.

Le paysage :
A Besançon (Franche-Comté), les avis sont très partagés. Un débat fait rage entre les durs et les mous ! Ces adjectifs sont souvent employés, et ils me font plus penser aux obsessions mâles de "bien bander" qu’à un traitement efficace du réel. Mais je comprends ce débat et la rage qui existe. Les durs = les plus jeunes, qui veulent bander pour la lutte intransigeante, mais en terme de propositions d’action, c’est plutôt imprécis.
Les mous = les plus vieux, ou les moins menacés (pas toujours), qui ont plus de recul, veulent trouver des modalités de lutte qui préservent les artistes et les compagnies (le Chemin des Dames, à quoi ça sert ?) et proposent des textes communs, des actions plus
précises, mais considérées comme molles par le premier groupe.
Pas mal souhaitent commencer une vraie réflexion, pas tant sur l’intermittence que sur le financement du spectacle vivant. Les plus menacés ne pensent pas que ce soit l’urgence.
L’A.G. de Besançon à pris une décision : elle est une AG des acteurs du spectacle vivant, pas un collectif d’intermittents (beaucoup de réunions avec tout le monde : compagnies, artistes et techniciens intermittents, SYNDEAC …).

En ce qui concerne le chômage, il me semble normal que cette profession particulière ait un statut particulier. Mais comme chômage, et non comme financement des répétitions et des recherches artistiques.
Nous aurons gagné quand plus personne n’aura de chômage, parce que tous pourront travailler dans des vraies conditions. A un prix normal.
Pour ma part, je trouve anormal que le spectacle vivant soit financé par les Assédic, parce-que dans ce cas, ce sont les seuls salariés et leurs employeurs qui cotisent (cf. mon texte "Avec l’impôt culture, la fête qui dure" : je souhaite qu’un système automatique comme aujourd’hui soit mis en place pour un statut de l’artiste, et que tous les actifs de la société participent à son financement, et non seulement ceux qui cotisent à l’Unédic. Cet état injuste de financement de la culture est à
revoir.
Je crois que le fait d’avoir accepté que le chômage finance le spectacle vivant pendant vingt ans a donné un cadre à la profession, et qu’on ne peut pas dire que ce cadre n’est plus une réalité : il faut changer de cadre, mais encore faut-il le faire intelligemment, et pas avant d’avoir un autre cadre à mettre en place, ce qui n’est pas encore le cas, loin de là.
Avec le chômage qui repart au galop, la croissance en berne, les déficits français, les injonctions normales des européens et les conneries de baisses d’impôts, c’est pas gagné, j’en conviens.
Il me semble qu’en ce qui concerne le chômage, nous devons être solidaires avec les chômeurs sans statut particulier qui ont des conditions plus difficiles encore et viennent d’en prendre plein la tronche, voyant leur fin d’allocation réduite de manière importante.

Je souhaite un grand débat sur le spectacle vivant et son financement. Des assises nationales pourquoi pas, et je suis favorable au moratoire de l’accord pendant les assises.
Je n’ai pas encore regardé la vidéo sur l’accord pour mieux le comprendre (nous venons de recevoir le DVD), mais je vois que c’est un accord idiot qui n’a fait que de l’arithmétique alors qu’il fallait repenser le fond du problème. Et faire le ménage des abus. Ce qui n’est pas le cas dans le présent accord.
Je pense que la profession aurait pu, au cours de ces dix dernières années, penser et agir pour définir un autre système de financement du spectacle vivant : nous ne l’avons pas fait, faute d’urgence. Eh bien la voilà, l’urgence, faisons le maintenant.

Je ne suis pas favorable à la grève des spectacles et aux annulations des festivals et des saisons. Surtout quand les intermittents de la télé ne la font pas et n’arrêtent aucune émission, quand le théâtre privé joue, quand le show-biz n’est nullement touché (Starac, Johnny…), le rock non plus (les Eurokeennes, etc)… Et Voirin qui soutient en y assistant le concert des Rolling Stones en pleine annulation d’Avignon, quelle connerie !), quand on empêche la création en chanson (les Francofolies), l’opéra et le théâtre aussi, quand le théâtre de création de rue est empêché alors que le show de rue variété ne l’est pas (Les nuits fantastiques du loto, cet été, sur la côte, n’a pas le moins du monde été emmerdé par quiconque, mais Royal de luxe à Chalon, si… Bizarre non ?).
Et pour le résultat que l’on sait : le "In" annulé, les grévistes ont été payés. Pour le off : 100 compagnies en grève pour cinq cent pas en grève (et les rancœurs qui suivent !).
Voilà le réel : les plus faibles (les artistes et compagnies de création face à la société du commerce, les petites compagnies face au structures plus solides, …) sont en première ligne, comme les fantassins des guerres d’autrefois, destinés à faire un paillasson pour les lignes suivantes. Sacrifier la création (théâtre, opéra, rue, cirque, chanson) pour épargner le show bizness : merci, je ne suis pas pour.

En Franche-Comté, les professionnels du spectacle jouent.
J’ai connaissance d’un appel de la coordination pour un arrêt des saisons théâtrales jusqu’à abrogation du protocole. J’ai connaissance d’un appel pour une semaine morte du 13 au 19 octobre par les collectifs de Loire-Atlantique. J’ai connaissance d’un appel
pour trois jours d’action les 16, 17, et 18 octobre par le SYNDEAC.
Y-a-t-il d’autres propositions ? Lesquelles ? Y-a-t-il un projet d’action unitaire dans la profession ?
Si oui, lequel ? Pour quand ? En rentrant (je vous écris des Pays-Bas où nous sommes en tournée), nous reprendrons le chemin des AG.
Je ne suis pas d’accord avec ceux qui demandent aux compagnies, aux théâtres et aux programmateurs de se suicider pour la Cause (et encore, il faut définir les vrais objectifs : quelle cause ?), parce que je ne crois pas que ça soit efficace : ceux qui ce
suicident sont morts, les autres restent vivants….Les autres ? Le show bizz, la télé, les variétés… Bref, la grande majorité des employeurs d’intermittents.
Pour le Cirque Plume, en tant que compagnie, nous sommes (ici, le point de vue de son directeur) toujours dans la négociation, les manifs, les débats d’idées, les débats tout court. Et présents dans le collectif de Franche-Comté.
Nous avons l’habitude de tenir nos engagements et de respecter la loi. Le droit de grève est inscrit dans la loi.
Aujourd’hui, 13 septembre, nous n’avons aucune disposition particulière. Et vous ?

Salut et fraternité.
Bernard Kudlak
Directeur du Cirque Plume.


yannick
31/10/2002 16:11 (101)
sans famille

salut,j’ai 26 ans, et plusieurs passions : le cirque, le théâtre, la musique, le voyage, la nature et l’harmonie. Je jongle et joue de plusieurs instruments.
J’ai crée une troupe de théâtre dans un village en Côte d’Or (à coté de chez William Berne de votre équipe technique)
J’ai fait partie d’une troupe amateur à Dijon dont je suis fondateur, dans l’aquelle j’ai organisé le fonctionnement et donné des cours d’expression d’art dramatique, fait la mise en scène et avec laquelle on a joué un grand nombre de fois.
Cette troupe marche de mieux en mieux, la notoriété et les finances de l’association nous ont permis de nous organiser de façon plus professionnel(nous sommes tous autodidactes à la base), d’aménager notre salle et d’inviter d’autre artistes à venir présenter leur numéros.
Seulement après 3 années de j’men foutisme, ne voyant que ses intérêts et l’argent qui rentrait, le président qui n’y connaissait au monde du spectacle a souhaité prendre ma place,je n’ai malheureusement et naivement rien vu arriver, il a réussi de façon
latente et dans l’hypocrisie la plus totale à retourner la majorité des personnes contre moi ;
j’ai quitter ce qui m’avait valu 7 années à mettre en place pour le pire et le meilleur. Je ne veux plus me poser de question sur cette décision.
Bref, je suis quand même écoeuré.
Je cherche aujourd’hui une école pour adulte et autodidacte dans la mise en scène, la direction d’artistes ou une troupe dans laquelle je puisse travailler, jouer et trouver ma place et en qui je puisse avoir confiance.
A Dijon y’a personne...
Je vous envoie cette bouteille à la mer,
si vous pouvez me faire un signe n’hésitez pas.

Répondre à ce message


Cirque Plume
13/11/2002 10:30 (103)
Re : sans famille

bonjour, j’ai bien lu votre bouteille à la mer ; je ne peux pas juger de votre situation que je ne connais pas.
Cependant, pour le cadre général, il y a un vrai danger dans les associations, quand les vrais acteurs (artistes ou administratifs) ne sont pas les vrais responsables(président et bureau).
Depuis des années on entend parler de société commerciales à but non lucratif, qui ferai coincider les responsabilités pénales avec les résponsabilité de création et de direction par exemple.
je vous souhaite bon courage et comme vous le souhaitez je vous encourage à vous former. Il n’existe nulle part de troupe miracle dans laquelle tout va bien à coté de troupes infernales dans lesquelles tout va mal. Il n’existe que des groupes humains dans lesquels il faut trouver sa place. Trouver sa place, dans le lien, l’échange, et le dialogue, qui sont les meilleurs assurances aux mauvaises surprises.
je vous souhaite de trouver la votre, à votre mesure et de réaliser vos projets comme vous l’entendez.
cordialement. Bernard Kudlak


Yves
01/03/2002 13:17 (16)
Magnifique

la générale était super... Bonne chance pour cette année.
Quand à votre site il est magnifique ;))

@+
Yves

Répondre à ce message


céline
11/10/2004 17:07 (331)
ça me manque

Je suis originaire de Franche Comté, j’ai même fait le lycée théâtre de Salins où j’ai découvert le cirque plume et où j’ai même rencontré la fille d’un des fondateurs (Maud Canaud). Maintenant je suis à Bordeaux pour le boulot (je suis psychomot’) et
franchement les créations du Cirque Plume me manquent.
En plus c’est une véritable torture lorsque ma mère me nargue en me disant qu’elle va voir le spectacle alors que moi je suis coincée dans ma gironde forte jolie mais où le Cirque n’a pas élu domicile ou alors trop peu.
Je vous assure qu’il y a de très jolis terrains dans la campagne girondine où poser le chapiteau jaune.

Si l’envie vous prend de venir nous faire rêver dans le 33, ne vous inquiétez pas il y aura du monde pour avoir les yeux qui pétillent.


moi
18/05/2005 13:40 (460)
Re : ça me manque

ta raison !


*°LoUw*
18/12/2004 18:56 (380)
Re : Magnifique

" Les temps sont durs pour les reveurs ".

Moi aussi, à ma manière, je voudrais vous remercier.
Vous remercier pour cette magie que vous faites naitre à chaqun de vos spectacles. C’est grace à vous que le monde reste féérique. Grace à vous et à vos talents artistiques, mais aussi vos qualités humaines dont vos spectacles sont riches que vous ne faites
partie de ceux qui rendent la vie dur à ces fameux reveurs, dont, je crois, je fais partie. Vous êtes non pas à regarder mais plutot à savourer.

Merci Merci Merci, pour tout ceux qui aiment le cirque et ceux qui aiment la vie, tout simplement.

ps : Merci Chers Monsieurs pour la beauté de vos 2 messages précédents...

Louise. 16ans. Bruxelles.


sophie FAUCON
11/04/2005 00:51 (441)
Re : Magnifique

sophie 18 ans Pas de Calais:j’aimerai en savoir plus sur les diffirentes écoles de clowns de france et de belgique et également des renseignements sur les clowns dans les hopitaux, des témoignages des expériences un énorme merci aux personnes qui me fournirrons ses info MERCI


lou
18/05/2005 13:40 (459)
Re : ça me manque

moi je suis dacc le cirke plume je lé vu de foi c tro bien !!


1 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25
Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.